G comme Gabriel/Gabrielle

Cet article sera certainement la « séquence émotion » de ce challenge 2020 !

Pour commencer, j’ai choisi ce prénom complètement subjectivement car je le relie à ma grand-mère, qu’on appelait affectueusement « mémé Gaby » alors que Gabrielle n’était que son deuxième prénom. Une grand-mère qui a beaucoup compté pour moi et qui compte encore aujourd’hui malgré son décès il y a déjà plus de 15 ans. Ce prénom je l’aime donc tendrement, au moins pour sa version féminine. J’aime aussi d’ailleurs beaucoup ce surnom de Gaby, qui peut être donné comme prénom aux garçons comme aux filles (c’est ce qu’on appelle un prénom « épicène, c’est-à-dire unisexe). Mais jusque-là, pour moi, ce prénom a toujours été associé à une fille.

J’ai donc voulu faire des recherches et je me suis rendu compte que ce prénom était plutôt populaire chez les garçons, à l’inverse de ma vision partiale des choses.

Ne serait-ce que dans ma propre généalogie : sur les 19 Gabriel/le retrouvés, trois seulement sont des femmes. Ce que corrobore les données trouvées sur le net (notamment sur parents.fr mais ce sont les mêmes données à peu près partout) : la version masculine est plus plébiscitée que la version féminine.

D’après les données disponibles, Gabriel et Gabrielle étaient beaucoup plus populaire au début du XXème siècle et ont eu une chute de popularité vers les années 70 pour redevenir « à la mode » au XXIème (environ 1 500 Gabriel par an au début du XXème contre presque 6 000 en 2016 ; environ 1 800 Gabrielle début XXème contre seulement 900 et quelques au XXIème). Selon parents.fr toujours, il y a eu en France 1291 Gabrielle pour l’année de naissance de ma grand-mère. Et moi qui croyait que c’était plutôt rare comme prénom ! Enfin tout est relatif, car 1291 Gabrielle sur 507 000 nouveau-nés (source : INSEE) … ce n’est que 0.25% des naissances. Ouf, « l’honneur » est sauf.

Pour en revenir à ma généalogie, sur les 19 Gabriel/le, 8 sont du XVIIIème siècle (voire fin XVIIème), 5 du XIXème et 6 du XXème. Ce qui est intéressant pour les Gabriel du XVII-XVIIIème c’est qu’ils sont tous de la même ville et tous de la même branche. C’était d’ailleurs pour certains un prénom donné par le parrain. Les 3 Gabrielle sont, elles, toutes du XXème siècle.

Gabriel vient de l’hébreu et signifie force de Dieu. L’archange Gabriel est le messager de Dieu, celui qui annonce les bonnes nouvelles. C’est donc un prénom qui peut inspirer le positif. Ce qui est beau également avec ce prénom, à mon sens, c’est qu’il est présent dans la bible hébraïque (Tanakh), la bible chrétienne et le coran ; il est donc commun à au moins trois religions, un synonyme en quelque sorte d’universalité et de partage.

G Comme Gabriel Gabrielle
icône de l’archange Gabriel du XIIème siècle attribué à l’école de Novgorod, aussi appelé “l’ange aux cheveux d’or”, actuellement exposé au Musée d’État russe à Saint-Pétersbourg / source : wikipédia

Laisser un commentaire